Casse-croute

Casse-croute
Photo @ Jimmy Voyer

Je ne sais pas pourquoi mais il fallait toujours que je m’excuse pour tout. Je m’excusais presque d’exister. Il faut souligner que la confiance en moi m’était chose inconnue et ce, malgré tous mes accomplissements. Je n’avais vraiment pas confiance en moi et de plus, je croyais souvent que mes idées n’étaient pas valables. Alors, bien souvent, au lieu de parler ouvertement, je tentais subtilement de faire passer mon message. Cela ne marchait pas très souvent mais quelques fois, tout s’arrangeait tout seul sans que j’aie à dire quoi que ce soit. Comme cette situation dans ce café.

Le moment tant repoussé arriva. Les gars poussèrent la porte du café et s’installèrent sur les minuscules banquettes où j’étais déjà assis avec mon café tiède. Pour casser la glace, nous discutions des sujets les plus loin possibles du sujet principal. Une fausse route, sûrement volontaire, nous mena directement au sujet de l’ÉVÉNEMENT. Il faut dire que nous n’avions pas reparlé ensemble des écarts de comportement de notre guitariste. Ce que j’aurais dû dire était : «Voyons les gars moi je lui donne une deuxième chance. Puisque c’est un bon gars et puis à part ça, c’est un cas isolé et je crois qu’il a comprit sa leçon. Je suis sûr qu’il est d’accord avec ça. » Mais à la place ce qui sortit fut : « Je m’excuse. ba ba bbah qu’est…ce qu’on-fait?». Le vocal du groupe prit la parole diplomatiquement et dit, en d’autres mots, environ ce que je voulais dire. Ce qui donna comme résultat que nous gardions notre guitariste à condition qu’il arrêtait de faire des conneries.

Je m’en était tiré encore une fois. Le groupe pouvait continuer comme avant. Bien sûr, cette aventure avait laissé sa trace. Un froid s’était installé entre nous. En fait, je crois que mon guitariste n’avait pas digéré la réaction que nous avions eu. Cela ne nous empêcha pas d’aller directement au local pour briser la glace et tenter de composer de nouvelles pièces pour le prochain album.

La pratique commença avec quelques chansons moins bien réussies en spectacle dans le but de nous réchauffer. Après, nous nous sommes mis à l’oeuvre pour composer une nouvelle chanson. La tâche était toujours ardue, quand venait le temps de commencer une chanson. L’important était d’avoir un mélodie de base. Ensuite, nous improvisions sur cette mélodie et bien souvent, nous trouvions la mélodie qui allait être utilisée pour la chanson. Bien souvent, cette mélodie finale n’avait rien avoir avec la première mélodie. De fil en aiguille, nous montions pièce par pièce, section par section nos chansons. La version finale des chansons n’était jamais vraiment fixe. Pour toutes les chansons, il y avait une version album et une version spectacle.

Je tentais d’aider le plus possible à composer, mais pour ce qui était des mélodies, tout reposait sur le guitariste et le bassiste. Durant ce jam, il était facile de voir que la frustration de mon guitariste montait quand la pression de trouver une mélodie de départ tombait sur lui. Soudainement, il ferma son ampli et serra sa guitare.
– C’est quoi qu’y a ?
– Chu tanné que tout repose sur moi.
– Mais on compose tous avec toi.
– Baaaah laisse faire tu comprends pas…..

Alors que nous venions tout juste de se réconcilier, voilà que la frustration était revenue. Nous savions bien au fond de nous que le problème n’était pas là. Il y avait autre chose. Nous ne voulions pas nous l’avouer mais cette réconciliation était forcée. Pour régler la situation, nous avions décidé d’un accord commun de trouver un deuxième guitariste. Je voyais le soulagement dans les yeux de mon guitariste. Je crois qu’à cet instant, je n’avais pas totalement saisi pourquoi il était tant soulagé. Pour moi, c’était clair, c’était une occasion en or d’enrichir nos chansons et de mettre plus de profondeur. La recherche n’allait pas être simple, puisque nos critères étaient spéciaux.

Pour aider nos recherches, nous avions mit des annonces sur les sites de musique et contacté les personnes qui pourraient nous aider. Les réponses furent rapides et en quelques jours, nous avions quelques prétendants viables au poste de deuxième guitariste. En fait, nous avons rencontré quatre guitaristes avant d’arrêter notre choix.

À suivre !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s