La musique

Roche

La musique a, je crois, toujours fait parti de moi. En fait, je me suis toujours figuré la musique comme une amie fidèle, qui a toujours le bon mot pour chaque situation, qui est toujours là à mes côtés et qui me fait ressentir les choses avec plus d’intensité. Chaque moment de ma vie est rattaché à une chanson ou à un album en particulier.

Les compilations de “Survival of the Fatness” sont sans aucun doute liées aux fins de semaine passées à jouer aux jeux vidéo. Les promenades au lac avec mes parents, sur les routes sinueuses et calmes avec un ciel d’un bleu parfait, orné d’un soleil clair et rayonnant, me font immédiatement penser à l’album “Get a grip” d’Aerosmith” . Les journées entières en tracteur dans les champs avec mon oncle me rappellent “Michel Louvain”(Il faut préciser que dans son tracteur, il n’y avait que le AM avec 2 postes qui grichaient). Je pourrais énumérer durant des heures tous les souvenirs liés à la musique. Dire que ma vie tourne autour de la musique ne serait pas totalement vrai, la musique est plutôt au centre de ma vie. C’est un peu pour ça que je n’ai pas pu faire autrement que de vouloir en vivre.

Durant mon secondaire, je ne m’intéressais pas du tout à l’école. Ma préoccupation première était plutôt d’écrire le plus de nom de groupes possible (de mémoire) dans mon agenda que d’écouter le professeur. Ce qui m’a mené vers l’une de mes plus grandes erreur, arrêter l’école. Une seule chose m’importait; la musique. C’était ma seule raison de vivre et je n’étais pas capable de voir la vie autrement.

Le jour où j’ai décidé de vivre de la musique, il a fallu que je me trouve un instrument à jouer. Je me rendit rapidement compte qu’il était difficile de trouver un batteur disponible pour jouer dans mon groupe. C’est tout bêtement, comme cela, que j’ai choisi de jouer de la batterie. J’ai tout de suite supplié mon père de m’acheter une batterie. Ce qu’il a fait en se disant que sûrement que j’allais arrêter de jouer après quelques semaines, voir quelques mois et qu’il allait pouvoir revendre la batterie. La réalité est que je n’ai jamais vraiment arrêté de jouer après ce jour.

Je ne me considérais pas un drummeur, d’ailleurs je ne considère pas être un drummeur encore aujourd’hui. Le fait est que je ne joue pas de la batterie pour l’instrument en tant que tel. Pour moi, il n’y a rien de de plus ennuyant qu’un solo de batterie. Je joue plus pour l’ensemble que peut produire quelques personnes qui jouent en même temps. Il n’y a rien qui me fait plus d’effet que de jouer un rythme quelconque où l’on ajoute quelques notes progressivement pour transformer un simple beat en une chanson magistrale. Pour moi, la percussion a toujours été secondaire, c’est l’ensemble qui prime ou plutôt la musique qui en ressort.

Nous avions donc le groupe parfait en ce sens, puisqu’il n’y avait pas de super musicien qui prenait toute la place musicale, qui pensait juste à son bout de partition. Chaque membre prenait une part égale dans l’ensemble pour en faire un tout. Ce qui rendait la composition longue et parfois complexe, mais ça c’est une autre histoire.

Assis dans ce café miteux, toutes ces pensées me traversèrent en un fraction de seconde. Tout ça dû à la chanson “Crazy” d’Aérosmith” qui passait dans la vielle radio placée sur le comptoir. La serveuse me sortit de mes pensés en m’offrant un café que j’acceptai d’un oui timide. Les gars allaient arriver d’un minute à l’autre et j’avais juste envie de retourner me promener au lac avec mes parents, au lieu d’avoir cette réunion avec eux.

À suivre..

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s