Shotgun!!!

Asphalte
Photo @ Jimmy Voyer

Je me réveillai en sursaut, en sueur et de mauvaise humeur. Les gars tapaient à tout rompre
sur la van afin de me réveiller “convenablement”. Cela me valut toutefois le ”shotgun” de la douche. Nous avions des règles concernant les douches et autres évènements du genre (Oui, une douche c’était un événement). La loi du “shotgun” était respectée très sérieusement.

Loi numéro1 : Pas le droit de “shotgunner” pour toujours;
Loi numéro 2 : Pas le droit de “shotgunner” 1 journée à l’avance. Il faut que ce soit quelques minutes avant l’événement ou quelques heures (dépendant de l’importance et de la durée);
loi numéro 3 : Un “shotgun” a priorité sur tout;
loi numéro 4 : Pas le droit de marchander un “shotgun”(qui va avec la loi numéros 3);
loi numéro 5 : Si un “shotgun” est dit en même temps, une partie de “roche papier ciseau”
déterminera qui remporte le “shotgun”( un 2 de 3 pour être plus exact).

(Pour ceux qui ne connaissent pas le “shotgun” cela consiste simplement à dire fort le mot “shotgun” avant la chose qu’on veux réserver. Par exemple: “ Shotgun la toilette au prochain dépanneur” . Cela donnait la priorité à cette personne pour aller aux toilettes. Ensuite, les autres se dépêchaient à dire shotgun 2, 3 ou 4 pour réserver les places suivantes. Pour ceux qui connaissent les vraies règles du shotgun plutôt utilisées en voiture, nous les avons adaptées à la vie de tournée.)

Ce petit règlement rendait la vie beaucoup plus simple et éliminait de beaucoup les chances d’une dispute pour un sujet aussi banal qu’une douche ou une toilette. En tournée, chaque petit détail peut finir par te tomber sur les nerfs. Comme la fâcheuse habitude de réveiller le monde en tapant sur les côtés de la fourgonnette. Il est primordial d’avoir des petites règles préétablies.

La journée était rayonnante avec un soleil de plomb et un absence total de nuages. Belle journée pour faire près de 8 heures de route. Alors, le convoi partit rapidement cette fois pour Wellland, une petite ville à 15 minutes des chutes Niagara. Une fois sur la route, ma bonne humeur revint petit à petit. Le voyage fut vraiment plaisant, jusqu’à ce que nous arrivions à Toronto vers le milieu de l’après-midi. L’autoroute avait 16 voies de large (les 2 sens inclus) et les 16 voies étaient congestionnées. Mon stress était aussi élevé que la température du moteur qui était dans le rouge. Pour ne pas aider à la situation, un tableau indicateur nous montrait qu’il faisait 35° celcius. J’avais une peur bleue que la Tortue brise en plein milieu de tout ces voies. De plus, j’avais peine à suivre les autres groupes qui étaient les seuls à connaître le chemin. La sueur coulait sur mon front tel une annonce de parc aquatique. Je me brûlais sur le rebord de la fenêtre, dû au soleil qui plombait vraiment fort. Il y avait cette genre de lueur qui flottait au dessus des automobiles. La porte de côté de la Tortue ouverte, attirait le regard des automobilistes qui étaient à l’air climatisé. Quelques heures d’attente interminables plus tard, la route se dégagea comme par magie et nous avons pu retrouver notre vitesse de croisière qui fit redescendre la température du moteur de la Tortue et mon niveau de stress également. Malgré cela, la chaleur présente dans la Tortue ne diminuait pas, à notre grand désespoir.

Nous sommes finalement arrivés au bar où nous allions faire notre premier spectacle en Ontario. C’était un bar monotone avec des tables de billard et des gens saoul en permanence et ce, en pleine canicule. Le spectacle réunissait 6 groupes de musique et la soirée semblait s’annoncer pour être un flop total. Il était 21:00 et les 3 groupes de la tournée avaient joué en premier dans une salle pratiquement vide. Puis, comme une délégation dans une exposition de Michael Jackson, la salle s’est remplie. Pour la deuxième partie de la soirée, ce fut devant une salle comble que les groupes locaux ont joué. L’auditoire rockait litéralement la place, allant du look rock clasique, des allures de punk rocker ska, en passant par les plus sombres stonners, jusqu’au rétro-rockabilly… bref, tous avaient un habillement vraiment spécial. La mine surprise, nous regardions le spectacle en direct de l’arrière de nos stands de marchandise.

Puis, une fille timide s’avança près de mon basse man, prit une photo et se sauva. Sans trop comprendre ce qui se passait, il tenta de repérer cette fille mystérieuse. Il me demanda de surveiller à mon tour le stand de marchandise tandis qu’il partit à sa recherche. Je ne sais pas ce qui c’est passé mais à la fin du spectacle, il avait trouvé un place pour coucher (seulement pour lui). Nous sommes donc allés nous stationner dans une ruelle à côté de la maison où notre basse man était allé confortablement dormir (…).Nous décidâmes quand même de faire un peu la fête question de mieux dormir.

Mon guitariste bourré comme seul lui était capable de le faire, décida de monter la tente, question de dormir à la belle étoile et non dans la chaleur de la van. Il tenta désespérément d’aligner les bâtons dans les fentes de la tente, mais sans succès. Nous étions incapable de l’aider puisque nous avions déjà de la misère à respirer tellement nous avions le fou rire. C’était un chose de voir ce grand gaillard assis en indien, en plein milieu de la ruelle, qui tente de faire une chose qu’un enfant de maternelle serait très bien capable de faire. Le comble fut quand, après plusieurs minutes, il décida de se coucher directement dans la tente sans la monter. J’avais déjà mal pour lui puisque, dormir sur un plancher ce n’est pas facile mais dormir sur de l’asphalte, je n’imagine même pas.

Je n’avais pas été assez rapide sur le “shotgun” donc je n’ai pas eu de douche ce matin là(Il y avait seulement 2 places de disponible pour la douche). Il fallait partir de bonne heure puisque nous voulions visiter les chutes avant de nous rendre à notre prochain spectacle. La journée s’annonçait pour être longue, très longue. Je ne croyais pas si bien dire…

Lire la suite…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s